Les muscles péroniers latéraux ont pour fonction de maintenir stable l'articulation tibioastragalienne
et d'empêcher la rotation de la cheville vers l'intérieur. Après une entorse, du fait de l'impotence fonctionnelle, des phénomènes d'inhibition réflexe et de l'immobilisation, ces muscles subissent une
amyotrophie partielle, une perte des réflexes proprioceptifs et une considérable diminution
de force. La rééducation après un tel accident devra donc porter essentiellement sur les
muscles péroniers latéraux, afin de prévenir les récidives.
Pour remplir leur fonction au mieux, les péroniers latéraux doivent s'opposer efficacement à des contraintes brèves et intenses. Ils doivent donc être capables de répondre par une puissante contraction de courte durée au moment précis ou la contrainte qui s'applique au niveau du pied risque de faire basculer la cheville en dedans. Nous voyons donc se dégager deux nets aspects à la rééducation de ces muscles :


1 - Le réflexe proprioceptif :
permet aux péroniers de se contracter au bon moment. Cet aspect de la rééducation consiste à effectuer convenablement et suffisamment de fois (en nombre de séances) des exercices sur les classiques "planches à déséquilibre" telles les plateaux de Freeman.


2 - Le renforcement musculaire :
permet aux péroniers de se contracter avec suffisamment de force pour vaincre la contrainte que subit l'articulation de la cheville. Cet aspect de la rééducation consiste à produire des contractions des muscles
péroniers latéraux au moyen de l'électrostimulation en utilisant les programmes destinés à développer la force
explosive. Seule cette méthode est réellement capable de développer efficacement la force de ces muscles étant donné l'impossibilité de réaliser valablement un travail actif avec ce niveau de charge !


MÉTHODE
1 - Protocole :
Prise en charge précoce :
• Renforcement niveau 1 :
semaines 1 – 2
• Renforcement niveau 2 :
semaines 3 – 4
Prise en charge tardive :
• Amyotrophie niveau 2 :
semaines 1 – 2
• Renforcement niveau 1 :
semaines 3 – 4
• Renforcement niveau 2 :
semaines 5 – 6
Dans des situations douloureuses, il est recommandé de combiner la stimulation musculaire avec le programme TENS afin de diminuer l’inconfort pendant la séance et de pouvoir monter plus facilement les énergies de stimulation pour une plus grande efficacité lors de la stimulation.


2 - Fréquence du traitement :
3 séances par semaine. Après la séance de travail proprioceptif ou en alternance un jour et pas l'autre.


3 - Position des électrodes :
Un seul canal est suffisant pour la stimulation des péroniers latéraux. Une électrode positive de petite taille est placée sous la tête du péroné au passage du nerf sciatique poplité externe. L'électrode négative de grande taille est placée à mi-hauteur de la face latérale externe de la jambe (voir dessin n° 2).

4 - Position du patient :
Dans un premier temps le patient est assis sur la table de rééducation, les pieds nus ne touchant pas le sol.
Dans cette position, le thérapeute augmente progressivement l’énergie de stimulation jusqu’à obtenir une réponse motrice consistant en une éversion du pied. Dès que cette réponse est obtenue (le plus souvent après 2 ou 3 contractions), le patient pieds nus est placé en position debout. Cette position est particulièrement intéressante, dans la mesure où elle impose un travail proprioceptif associé, qui peut être de difficulté  croissante (bipodal, monopodal, planche de déséquilibre…).