Particulièrement fréquente de nos jours, la mise en place d’une prothèse de hanche (comme toutes les interventions de chirurgie orthopédique sur la hanche) a comme conséquence une amyotrophie des muscles fessiers avec une perte de force et une réduction de la stabilité active de la hanche lors de l’appui monopodal et de la marche.

À côté des exercices et de la kinésithérapie active, l'électrostimulation neuro-musculaire des muscles grand et moyen fessiers est une technique tout spécialement indiquée pour traiter efficacement l'insuffisance de ces muscles.

Les séquences de très basses fréquences telles celles des séquences d’échauffement, de repos actif entre les contractions tétaniques et de relaxation en fin de traitement sont génératrices de secousses musculaires individualisées produisant un phénomène de vibrations au niveau du matériel prothétique.

Notons toutefois que, pour les sujets opérés d’une prothèse totale de hanche, le phénomène d’amyotrophie est souvent particulièrement important, voire même fréquemment spectaculaire. En effet, ces sujets ont en général préalablement souffert d’une affection dégénérative longuement évolutive (coxarthrose), responsable d’une amyotrophie “chronique” des muscles fessiers, phénomène toujours amplifié par l’acte chirurgical et la relative immobilité post-chirurgicale indispensable.

L’électrostimulation des muscles moyen et grand fessiers est une technique spécialement indiquée pour traiter efficacement l’insuffisance de ces muscles. Elle devra être réalisée au moyen du programme spécifique Prothèse hanche, qui garantit une parfaite sécurité d’utilisation et l’absence d’effets néfastes au niveau du matériel prothétique.

Programme : Prothèse de hanche

 

Effets : Effets identiques au programme Amyotrophie 1. Adaptations spécifiques des paramètres du programme tenant compte des précautions et contre-indications relatives à cette intervention chirurgicale

Utilisation:

Traitement le plus rapidement possible après l'opération.

Programme spécifique pour la rééducation des fessiers des sujets opérés d’une prothèse de hanche

 

Placements des électrodes :

On utilise 2 canaux, un pour la stimulation du grand fessier et l'autre pour le moyen fessier. Une électrode positive de petite taille est placée à l’intersection des axes orthogonaux divisant la fesse en quatre quadrants de même surface (point moteur du muscle grand fessier). Une seconde électrode positive de petite taille est placée en haut et en dehors du quadrant supéroexterne de la fesse au niveau du moyen fessier, là où il déborde le grand fessier. Une seule électrode négative de grande taille sert aux deux canaux : elle est disposée de façon oblique dans le quadrant inféroexterne de la fesse, tout en prenant soin d’éviter de placer cette électrode sur une zone cicatricielle (voir dessin n° 9).

 

Intensité de stimulation : Intensité maximale supportable

Position du patient :

Si l’état du patient le permet, le patient est placé debout, ce qui nécessite pour lui un travail additionnel bénéfique du contrôle proprioceptif. Si cette possibilité n’est pas envisageable, toute ou partie de la séance pourra se faire soit assis, soit en décubitus ventral.