Des étirements excessifs ou des contractions d’un muscle, qui créent une tension supérieure aux possibilités mécaniques des fibres musculaires, par exemple lors de mouvements brusques ou de gestes explosifs, peuvent être responsables d’élongations, voire de claquages ou de déchirures musculaires. Cette lésion musculaire peut être plus ou moins importante, allant du simple étirement d’un petit groupe de fibres jusqu’à une déchirure importante avec saignement et formation d’un hématome. En plus du traitement habituel qui est mis en place dans cette situation, (immobilisation, froid, compression, etc…) un traitement progressif au moyen de l’électrostimulation facilite un retour plus rapide à une activité normale. Le programme Lésion musculaire est conçu pour mettre sous tension le muscle de manière extrêmement progressive, sur plusieurs secondes, afin d’éviter toute sollicitation intempestive.

 

Après une première phase de traitement avec les programmes TENS (catégorie Antalgique ) et Capillarisation (catégorie Vasculaire ), pendant laquelle toute mise en tension du muscle blessé doit être proscrite, la reprise progressive de la contraction musculaire bénéficiera idéalement du programme Lésion musculaire, dont les paramètres sont spécifiquement adaptés à cette rééducation. La mise en tension extrêmement progressive sur plusieurs secondes permet d’éviter une sollicitation intempestive du tissu musculaire convalescent.

Programme :

Lésion musculaire

 

Effets :

Travail musculaire imposant un travail de type amyotrophie avec installation progressive des énergies de stimulation, pour éviter une mise sous tension brutale du muscle blessé.

 

Utilisation:

À utiliser pour une rééducation progressive de la contraction après une lésion musculaire et le respect habituel des délais de cicatrisation du tissu musculaire

 

Placements des électrodes :

En fonction du muscle à stimuler, respectez le placement préconisé

Voir dessins :

n° 1-23, n° 31,

n° 34, n° 43 et

n° 44

 

 

Intensité de stimulation :

Progressez dans les énergies de séance en séance, en commençant avec des contractions tétaniques bien visibles mais non maximales, puis finalement des énergies maximales supportables.